Dangers du spiritisme
et de la pratique de la planche de Oui-Ja

Beaucoup de personnes veulent essayer de  rentrer en contact avec un proche disparu. D'autres veulent simplement rentrer en contact avec un esprit, souvent par jeu, pour se lancer un défi... 

Certains tentent l'expérience avec les lettres d'un jeu de scrabble et un verre. D'autres se procurent une planche de Oui-Ja...

Nous vous mettons en garde sur les dangers de ces pratiques.  

matin Brouillard

La pratique du spiritisme est extrêmement dangereuse, même si le but de la séance est de rentrer en contact avec un parent ou un proche disparu ...


En effet, en essayant de rentrer en contact avec un esprit ou avec un proche disparu, vous ouvrez un portail sur un autre monde, vers une autre dimension dont vous ne connaissez pas la nature... 
Il se peut qu'il ne se passe rien pendant cette séance... Il se peut que cette séance soit un échec total... 
Vous pouvez aussi avoir l'impression que vous rentrez en contact avec un proche disparu mais en réalité, ce n'est pas lui, c'est un esprit qui se fait passer pour lui... 


Vous pouvez aussi entrer en contact avec un esprit et la séance peut en apparence très bien se passer, sans aucun incident... Vous penserez que les choses vont en rester là et que vous pourrez reprendre votre vie  de chaque jour, comme si de rien n'était...


Pour vous, une séance de spiristisme qui tourne mal doit se passer comme dans les films d'épouvante! Il fait nuit, la pièce est plongée dans la pénombre, seules quelques bougies éclairent les participants... Tout d'un coup, les fenêtres s'ouvrent avec fracas, un vent violent s'engouffre dans la pièce, il fait soudain un froid glacial! 


Dans la réalité, les choses se passent de façon beaucoup plus vicieuse que cela, de façon lente et insidieuse... Dans la majorité des cas, vous ne vous apercevez de rien, il ne se passe rien, même des semaines ou des mois plus tard... Pourtant, si vous avez invité sans vous en rendre compte un esprit malentionné, celui-ci peut prendre le contrôle de votre esprit et de votre vie quand il l'aura décidé et il peut faire de même avec l'une des personnes qui ont participé à la séance ou même avec quelqu'un qui était présent mais qui s'est contenté de regarder... Il est également vivement déconseillé de se moquer de l'esprit invoqué!


Voici le résumé d'un cas très bien décrit par Ed et Lorraine Warren, hélas tous deux décédés depuis peu mais ayant été considérés pendant plus de cinquante  ans comme des experts en matière de hantise et de démonologie aux Etats-Unis. Peu connus en Europe, le film "The Conjuring" les a mis en lumière... 
 

Image de Josh Olalde

DOSSIERS WAREN - Le Oui-Ja de Sarah Brown
 

Sarah, âgée de 15 ans,  ne pensait pas vraiment que le Ouija possédait un quelconque pouvoir magique ou qu'il permettait de communiquer avec l'esprit des morts. Elle trouvait le jeu amusant et au cours des mois suivants, elle s'en servit souvent sans que rien d'inhabituel se produise.


Un jour, alors qu'elle possédait sa planche depuis déjà trois mois, elle fit une nouvelle séance de spiritisme avec son amie Janet, une adolescente. Alors qu'elles étaient assises en tailleur sur le lit de Sarah, Janet retira précipitamment son doigt de la planchette et elle cria que quelque chose l'avait effleurée. Elle sauta du lit et expliqua à Sarah qu'elle ne pouvait pas rester une  minute de plus dans sa chambre! 
Sarah continua pourtant ses séances... 


Un jour, la mère de Sarah entendit des bruits étranges en provenance de la chambre de sa fille... 


Elle monta à l'étage et ouvrit la porte de la chambre de Sarah. Celle-ci ôta les écouteurs qu'elle avait sur les oreilles et demanda à sa mère ce qu'elle faisait. Quelque chose dans la voix de Sarah parut étrange à sa mère et celle-ci eut l'impression que la fille qui se trouvait devant elle n'était plus vraiment la sienne. Sarah avait changé... Elle était devenue extrêmement maigre, elle avait de grands cernes noirs sous les yeux et elle s'était tellement rongé les ongles que le bout de ses doigts était en sang... Sa mère se demanda comment elle avait fait pour ne pas remarquer tout cela plus tôt quand elle aperçut soudain la planche de Ouija. Elle tendit le bras pour attraper la planche mais Sarah lui donna une bonne tape sur les mains, la faisant reculer: "Ne t'avise pas de toucher à ça. C'est à moi!" lui dit-elle méchamment. 


La voix n'était pas celle de sa fille. Elle tenta une nouvelle fois de prendre le Ouija mais Sarah lui agrippa le bras tellement fort que les larmes lui montèrent aux yeux. Pour la première fois de sa vie, elle avait peur de sa fille. Elle sortit de la pièce et Sarah referma violemment la porte derrière elle.
Sarah eut le même comportement avec son père quand il rentra le soir de son travail et que son épouse lui expliqua la situation. 


Au cours des semaines qui suivirent, les phénomènes gagnèrent en puissance. En effet, quelque chose grattait frénétiquement la paroi de la chambre de Sarah, comme s'il cherchait à en sortir. Les grattements devinrent de plus en plus forts, de plus en plus clairs et la maman de Sarah y distinguait un bruit de griffes. 
Les raclements dans le mur se mirent à résonner dans toute la maison et des bruits d'orgie étaient entendus depuis le rez-de-chaussée de la maison.

 
Sarah était devene une étrangère. Elle mangeait le strict nécessaire pour ne pas mourir, refusait d'aller en cours et ne parlait plus à aucun membre de sa famille. Elle rentrait dans de terrifiantes crises de rage ou elle pleurait pendant des heures. Ses parents l'obligèrent à consulter un psychiatre, puis un prêtre et un pasteur. Aucun ne put l'aider.


Un soir, son père, qui était désespéré et pensait sa fille absente, essaya de reprendre la planche de Ouija... Sarah était pourtant bien là, elle se jeta sauvagement sur lui et, l'attrapant par les cheveux, lui cogna furieusement la tête contre le mur, encore et encore! Son père, qui était un homme solide, parvint à la repousser...


Deux semaines plus tard, après trois séances chez un psychiatre, Sarah fut internée en hôpital psychiatrique.  Les médecins lui administrèrent des tranquillisants, ce qui ne la calma en rien. Bien au contraire, elle continua à rentrer dans de violentes crises de rage. Elle consultait toujours son Ouija qu'elle avait mystérieusement réussi à faire rentrer à l'hôpital. Une nuit de pleine lune, un interne la surprit assise sur son lit, la planche devant elle. 


La mère de Sarah décida de demander l'aide d'Ed et Lorraine Warren.
Ed et Lorraine Warren visitèrent donc les parents de Sarah. La mère de Sarah expliqua les phénomènes observés dans la maison, elle avoua avoir vu une grande silhouette sombre marcher dans le couloir du premier étage et se glisser dans la chambre de Sarah. 
Pour Ed et Lorraine, la possession ne faisait aucun doute. La jeune fille avait volontairement ou involontairement invité un démon à rentrer dans la maison... 


Le médecin qui s'ccupait de Sarah dut reconnaître qu'il n'obtenait aucun résultat. 
Les Waren entrèrent en contact avec un prêtre exorciste qui lui-même fit une démarche auprès de son évêché afin d'obtenir sa permission ainsi que l'aide d'un autre prêtre pour le seconder...
Un exorcisme fut réalisé... Quand celui-ci fut terminé, l'espoir revint. Sarah avait retrouvé son regard, sa voix était redevenue douce et au bout de quatre jours, elle était redevenue la jeune fille charmante qu'elle avait toujours été... Comme elle ne semblait plus avoir aucun problème, son médecin la renvoya chez elle. Le prêtre qui avait pratiqué l'exorcisme dut effectuer une retraite, tant il avait été épuisé...


Hélas, trois semaines plus tard, les phénomènes reprirent, Sarah retourna à l'hôpital psychiatrique, les médecins discutèrent entre eux. La question d'un nouvel exorcisme fut soulevée mais certains médecins ne croyaient pas en l'existence des démons et rien ne fut fait. Les années s'écoulèrent. Sarah mena une existence presque normale  mais tout en se retrouvant souvent et subitement prise d'inexplicables crises de rage que les médecins continuèrent de qualifier d'attaques dues à sa maladie mentale.

Nous espérons que ce récit vous aura convaincus ...  Nous avons nous-même  constaté la prise de contrôle de la vie de plusieurs personnes après une séance de spiritisme.  Nous avons particulièrement en mémoire le cas d'une personne qui n'a pas écouté nos mises en garde... Cette personne n'a rien vu venir... Dans les semaines qui ont suivi, tout a tourné à la catastrophe dans sa vie! Elle a perdu son emploi alors que rien ne le laissait prévoir, puis elle est tombée malade et enfin sa maison a pris feu sans qu'on puisse en détecter la cause!  

Nous vous mettons également en garde contre les séances de chamanisme, de plus en plus à la mode et de plus en plus répandues hélas... Si elles sont mal maîtrisées et qu'elles font appel aux esprits, le résultat peut être identique à celui d'une séance de spiritisme telle que nous la connaissons en Europe depuis l'époque d'Allan Kardec. 

A lire également le livre de Guy Reinhardt "Les dangers du Ouija Board - Le jeu qui pousse à la folie meurtrière"

Résumé de ce livre

Qu'est-ce que le Ouija board ou planche Ouija ? Rien de bien « sorcier » direz-vous. Et pourtant... Ce jeu consiste en une « goutte » que l'on déplace au gré de la volonté des « esprits » sur une planche sur laquelle sont inscrites les lettres de l'alphabet et des chiffres. Il est très utilisé pendant les séances de spiritisme. Depuis sa commercialisation en 1890, les médias du monde entier rapportent des faits divers aussi bien individuels que collectifs en lien direct avec cette pratique (meurtres, suicides, hystéries collectives, ...). Certains gouvernements ont même été amenés à prendre des mesures d'interdiction pour ce « divertissement ». Selon le père José María Muñoz Urbano, exorciste, 70% des cas de possessions ou d'infestations démoniaques qu'il rencontre sont dus à des exercices sur la planche Ouija. Ce jeu est en réalité un rite conçu pour entrer en contact avec des entités de l'Au-delà, et peut avoir des conséquences tant sur le plan psychologique que physique.